INTERVIEW: Dizzy Mizz Lizzy avec Søren Friis & Tim Christensen ( English / Fr )

12832513_1159228684111468_6590611399365013670_n

Dans Ton Metal reçoit le groupe Dizzy Mizz Lizzy pour une interview avec Martin & Soren pour nous présenter  » Forward in Reverse  »  leur dernier album sorti fin novembre 2016.

Good evening,  DizzyMizz Lizzy. Let’s start from the beginning. If I’m right, you met at school ?

SOREN & TIM: Yes

Can you tell me how the group was created, where the name comes from?

SOREN:  Oh, that question… I went to the same class as Tim. In 87 or 88, we started rehearsing and made up songs. We had a mutual friend, he came to me one day and asked if I’d like to play drums. I didn’t have any band at that time

TIM: The first time we actually got together was in 88.

SOREN: yes, we had a rehersal and… started to play together…

What about the name ?

SOREN & TIM: The name came from a competition we had in school. You name a letter, and then you name all the bands you know with that letter. We got Y and couldn’t come up with any bands so one of us said “Dizzy Mizz Lizzy”. We changed the S into Z.

How did you share the creating process? Who’s writing the music, who’s writing the lyrics?

SOREN: Tim. He writes the lyrics. We think of the visual,

TIM: The new album is the first that came from the band…

SOREN & TIM: Yeah… Tim had some stuff with him, but a lot of it is damned.

Your new album sounds more metal than your previous one. Why is there such a change and what does it correspond to for the band?

TIM: I don’t think we were into having sound more metal… It’s just our natural development in a way…

SOREN: Yes, I think so, and also, Tim is listening to more hard music today. He was a lot into Beatles and stuff like that and now he listens to The Cure, Megadeth…

SOREN & TIM: we were also inspired by the grunge, and all. This time around, it’s more rebel, stoner rock…

A month ago you were playing in Japan at a festival. What does it feel like to play with bands such as Scorpions, Blind Guardian, Enslaved…?

TIM: It’s a pretty hard rock festival. We played there two years in a row, actually…

SOREN: The first time we played there, it was with Slayer and Megadeth, I think. This time it was more traditional, with Whitesnake… But many of those bands, the singer can’t sing anymore! Too old (laugh).

TIM: but it was great to be there: 10.000 people who came to see us, we had a good production…

SOREN: It was quite a good show. We love to be in Japan, it’s like our second home.

Let’s go back to your last album: the name Forward in reverse, as well as the cover are definitely enigmatic. Could you tell us more about this, and maybe also about the genesis of the album?

SOREN & TIM: The genesis? You mean the title of the album, or the songs?

 The title of the album, Forward in reverse ?

SOREN & TIM: The song, Forward in reverse, was actually called something else. I think it was a line in the song that made us decide to call it Forward in reverse. It quite sums up our career. It seemed natural to call the album like that.

What about this little girl who appears on all your albums. What’sher story?

TIM: She’sdead! (generallaughter)

SOREN: The story is, I think, it’s Tim’s grandmother’s sister. It’s a long way back. One day, Tim found this picture and he thought it would be funny to have a black and white picture and to use that on the first album. Now, it’s kind of our brand, our trademark.you know?

She’s your Eddie… ?

SOREN & TIM: Yeah! Exactly! Now she’s coming on stage and all ! “Oh no! It’s a girl!” (general laughter !)

What was the recording process like, the atmosphere, your state of mind?

TIM:  It was on and off, actually. We did it here, we were on tour.

SOREN: It was over one and a half year…

TIM: It was a long process in the studio, doing two or three songs at a time. It was a busy year…

SOREN:  It was quite nice to do. As I said, we had our rehersal room in the studio, so we would go there and jam… No stress.

Have you got an international tour planed?

SOREN & TIM: Things come along. We are going to concentrate next year on playing outside Denmark, tour Holland, maybe France in spring or in the summer, we don’t know yet. Also Japan, at a festival. Maybe Sweeden, we don’t know yet…

Any chance we can see you at Hellfest ?

SOREN & TIM: We are quite new here. We had just finished touring at home and we just thought there was nothing left for us to do. So we will wait until next year. Suddenly Sony called us and said “hey, you have to come here, we are releasing your album in France”. So we said “ok, that’s cool”. We wanted to come here and talk to you, and, I hope, we will convince some people to make up a tour.

Have you got any projects for a new album?

SOREN & TIM: Mmmh… Yes, actually we were talking about that: getting home next year and writing new songs. Hopefully we’ll do that, just take it easy and see what comes up. New songs and, hopefully, a new album.

Let’s talk about Tim’s solo career: has it influenced you, the band, your music?

SOREN & TIM: He has a band… Tim’s solo career, he likes to have a career on his own, and if you have room for that, it’s fine. We listen to what Tim writes, also. Sometimes he has songs for him, sometimes for Dizzy. It’s two different things. We try to do things on our side, and Time does… what he wants (laugh)

have you got an anecdote or a favorite story about the band that you would like to share?

SOREN & TIM:… No. Nothing I want to share ! (general laughter) uuhhhh… I  don’t know…

I think I saw a picture of you and Lemmy, what about that?

SOREN & TIM: Yes… I guess it was at Wacken festival, or in Denmark. We just came to them and said “hey, can can?”. Just like any other fan.

one last word?

SOREN & TIM: We hope to come back to France soon, and play here. In march, I hope…

Well, thank you very much, guys!

SOREN & TIM: thank you!

Dans Ton Metal reçoit le groupe Dizzy Mizz Lizzy pour une interview avec Martin & Soren pour nous présenter  » Forward in Reverse  »  leur dernier album sorti fin novembre 2016.

Bonsoir, Dizzy Mizz lizzy. Commençons par le début. Si je ne me trompe pas, vous vous êtes rencontrés à l’école ?

SOREN & TIM: Oui

Pouvez-vous me dire comment le groupe a été créé, d’où vient le nom ?

SOREN:  Oh, cette question… Nous étions dans le même cours, avec Tim. En 87 ou 88, nous avons commencé à répéter et créer des chansons. Nous avions un ami commun, il est venu me voir un jour et m’a demandé si ça me tentait de jouer de la batterie. A l’époque, je n’avais pas de groupe.

TIM: La première fois qu’on s’est réellement réunis, c’était en 88

SOREN & TIM: Oui. Nous avons répété… et commencé à jouer ensemble.

Et à propos du nom ?

SOREN & TIM: Le nom est né d’un concours à l’école. Il fallait qu’on choisisse une lettre et citer tous les groupes qu’on connaissait qui avait cette lettre. On a pioché le Y et ne trouvions aucun nom, et l’un de nous a dit « Dizzy Miss Lizzy ». On a ensuite changé les S en Z.

Comment vous répartissez vous le travail de création ? Qui compose, qui écrit les paroles ?

SOREN: Tim. Il écrit les paroles. Ensemble, on réfléchit au visuel.

TIM:  Le nouvel album est le premier qui vienne du groupe.

SOREN: Oui… Tim avait du matériel avec lui, mais on en a banni une bonne partie.

Votre nouvel album est bien plus metal que le précédent. Pourquoi y a-t-il un tel changement et cela correspond-il au groupe ?

TIM: Je ne pense pas que nous cherchions un son plus metal… C’est juste notre évolution naturelle, en quelque sorte.

SOREN: C’est ce que je pense aussi. Également, Tim écoute plus de musique dure aujourd’hui. Il était à fond dans les Beatles et ce genre de choses, et maintenant il écoute The Cure, Megadeth…

SOREN & TIM: On a aussi été inspiré par la vague grunge. Maintenant, c’est plus le rock rebelle, le stoner…

Il y a un mois, vous avez participé à un festival au Japon. Quel effet ça fait de  jouer aux coôtés de Scorpions, Blind Guardian, Enslaved… ?

TIM: C’est un festival assez hard rock. On y a joué deux ans d’affilée en vérité.

SOREN: La première fois qu’on y a joué, c’était avec Slayer, Megadeth…Cette fois, c’était une affiche plus traditionnelle, avec Whitesnake… Mais nombre de ces groupes… le chanteur ne peut plus chanter comme avant. Trop vieux ! (rires)

TIM: Mais c’était super d’y être : 10.000 personnes nous ont vus, nous avions une bonne production…

SOREN: C’était un bon concert. Nous adorons le Japon, c’est un peu notre second chez nous.

Revenons à votre album : tant le titre,  » Forward in reverse « , que la pochette sont énigmatiques. Pouvez-vous nous en dire plus, peut être également nous parler de la genèse de cet album ?

SOREN & TIM: La genèse ? Tu veux parler de l’album ou des chansons ?

Le titre de l’album,  » Forward in reverse « .

SOREN & TIM: en fait, la chanson Forward in reverse avait à l’origine un autre titre. Je crois qu’il s’agit d’une phrase de la chanson qui nous a poussés à choisir ce titre, Forward in reverse. Ça résume assez bien notre carrière. Ça semblait naturel comme titre.

Et la petite fille ?

SOREN & TIM: Elle est morte ! (rire général)

SOREN: Je crois qu’il s’agit de la sœur de la grand-mère de Tim. C’est très ancien. Un jour, Tim a trouvé cette photo et a pensé que ce pourrait être sympa d’utiliser un cliché en noir et blanc pour illustrer notre premier album. Maintenant, c’est un peu notre marque de fabrique.

C’est un peu votre Eddie… ?

SOREN: Ouais ! Exactement. Maintenant, elle monte sur scène avec nous ! « Oh, non, c’est une fille » (rire général)

Comment s’est déroulé l’enregistrement ? Quelle était l’ambiance, votre état d’esprit ?

TIM: On a enregistré par étapes en fait. Nous le faisions là, et nous tournions.

SOREN: ça a duré plus d’un an et demi.

TIM: c’est un long processus en studio, nous enregistrions deux ou trois chansons à la fois. Ce fut une année assez occupé.

SOREN: Mais ce fut assez sympa à faire. Comme je l’ai dit, nous avions notre salle de répétition au studio d’enregistrement, nous pouvions y aller et jammer… pas de stress.

Vous prévoyez une tournée internationale ?

SOREN & TIM: Les choses avancent. Nous allons nous concentrer l’année prochaine sur des dates en dehors du Danemark, tourner en Hollande, peut être en France au printemps ou en été, on ne sait pas encore. Le Japon, aussi, à un festival. Peut être la Suède, on ne sait pas…

Des possibilités pour qu’on vous voit au Hellfest ?  

SOREN & TIM:  Nous débutons, là… Nous venions de finir de tourner chez nous, pensions que nous n’avions rien de plus à faire. Que nous devions patienter jusqu’à l’année prochaine. Et puis Sony nous a appelés pour nous dire que nous devions venir en France. On leur a répondu, « ok, c’est cool ». Nous voulions venir ici et vous parler afin, j’espère, de pouvoir convaincre des gens d’organiser une tournée.

Vous projetez un nouvel album ?

SOREN & TIM: Mmmmhhh… Oui, nous en parlions en fait. Rentrer l’année prochaine, écrire de nouvelles chansons. J’espère que nous le ferons. De nouvelles chansons et, j’espère, un nouvel album.

Parlons de la carrière solo de Tim : vous a t-telle influencés, influencé votre musique ?

SOREN; Il a un groupe… La carrière solo de Tim, il aime avoir sa propre carrière, et si tu trouves le temps pour cela, ça roule. Nous écoutons ce que Tim compose, aussi. Parfois, il y a des chansons pour lui, d’autres fois pour Dizzy. Ce sont deux choses différentes. Nous essayons de faire de choses de notre côté et Tim… fait ce qu’il veut ! (rires)

Vous avez une anecdote ou une histoire au sujet du groupe que vous souhaitez partager ?

SOREN & TIM:  Non. Rien que je souhaite partager ! (rire général) Euh… Je ne sais pas…

Je crois que j’ai vu une photo de vous en compagnie de Lemmy. Qu’en est-il ?

SOREN & TIM:  Oui… C’était au festival de Wacken, je crois, ou au Danemark. Nous sommes simplement allés les voir et leur avons dit « on peut ? » Comme n’importe quel autre fan.

Un dernier mot ?

SOREN & TIM: Nous espérons revenir en France bientôt. Pour jouer. En mars, j’espère.

Eh bien, merci beaucoup, les gars !

SOREN & TIM: Merci à toi !

Traduction: Marc-Patrick Gatling

 

 

 

 

 

Leave a Comment